OPINION/UN CADRE IVOIRIEN PRÉVIENT MACRON ET LES FRANÇAIS: «L’INCENDIE RÉCENT DU DRAPEAU FRANÇAIS À BONOUA PRÉSAGE DES JOURS SOMBRES

0
267

MACRON  vient  de  délivrer  son  satisfecit  à  Alassane Dramane  OUATTARA  dans  un  contexte  de  contestation  populaire  liée  à  l’élection  présidentielle  galvaudée.

Bien  avant  lui, son  ministre  des  affaires  Etrangères, en  l’occurrence  Jean  Yves  LEDRIAN, y  a  préparé  les  esprits  en  justifiant  cette  candidature  illégale  par  la  force  majeure, comme  si  OUATTARA  et  Feu  Amadou  GON  sont  les  seuls  hommes  du  RHDP  unifié  voire  de  ce  pays, à  justifier  du  profil  de  président  sur  une  population  de  27 millions  d’habitants  que  compte  notre  pays  qui  a  tant  investi  dans  la  formation  des  hommes  et  des  femmes ; notamment  sous  l’ère  HOUPHOUËT.

Même  les  transfuges  du  PDCI  et  des  autres  partis  politiques  au  profit  l’ex  RDR  devenu  RHDP-unifié  n’ont  pu  assouvir  chez  Alassane OUATTARA  la  quête  d’un  profil  de  président, au  point  de  le  conduire  à  fouler  aux  pieds  les  principes  élémentaires  de  la  démocratie  positive  dans  un  Etat  de  droit, pourtant  exigée  par  nos « maîtres »  à  travers  le  fameux  discours  de  la  Baule.

MACRON  a  agi  ainsi  parce  que  la  Françafrique  ne  doit  pas  mourir  comme  ça, sur  l’autel  des  esprits  éveillés, en  rébellion  ouverte  contre  le  franc  CFA  et  autres  intérêts  français  mis  à  rudes  épreuves  par  la  percée  des  investissements  asiatiques.

Cette  France  devenue  fortement  fébrile  par  la  quête  ambiante  de  liberté  et  de  dignité  des  populations  ivoiriennes  ne  peut  pas  s’accommoder  de  cette  volonté  tout  azimut  d’émancipation  de  ses  sujets  nègres.

Pour  MACRON, OUATTARA, nonobstant  sa  faible  représentativité  actuelle  qui  ne  saurait  excéder  10%  de  l’électorat  ivoirien, donne  des  gages  d’un  comportement  de  collabo  au  profit  de  cette  France  en  détresse  avancée  dans  son  pré-carré  d’Afrique  noire.

Mais  attention ! C’est  une  erreur  de «Gaou»  de  nature  à  rendre  endémique  le  mal ; De  sorte  que  la  thérapie  pour  une  catharsis  pourrait  s’avérer  chimérique  face  à  l’esprit  d’une  jeunesse  africaine  qui  s’éclaire  de  plus  en  plus  et  lui  commande  de  refuser  vaille  que  vaille  de  tels comportements qui  bafouent  la  dignité  de  son  peuple.

L’incendie  récent  du  drapeau  français à  Bonoua  présage  des  jours  sombres  en  préparation  et  laisse  craindre  un  Rwanda  à  la  sauce  ivoirienne  insidieusement concoctée par MACRON et sa clique à travers cette sortie  hasardeuse  et  exaspérante

L’opinion  publique  française  se  doit  de  rappeler  à  l’ordre  son  Président  en  dénonçant  au  plus  vite  cette  forfaiture  si  elle  ne  veut  pas  souffrir, de  quelque  façon, la  réaction  de  frustrés  des  ivoiriens  qui  se  voient  ainsi  méprisés  par  cette  maladresse  nauséeuse  des  temps  coloniaux.

Diantre !, si  tant  est  que  la  France  est  si  respectueuse  de  la  souveraineté  des  Etats, pourquoi  n’a-t-elle  pas  encore  adresser  ses  félicitations  à  CONDE  de  la Guinée  qui  le  premier, a  été  élu  dans  les  mêmes  conditions  de  négation  des  dispositions  de  sa  Constitution ?.

La  suspicion  de  mépris  au  gré  des  intérêts  d’une  France  maladroite  est  claire  et  pour  le  moins  affligeante. Comme  quoi, « selon  que  vous  serez  puissant  ou  misérable, les  jugements  de  cour  vous  rendront  blanc  ou  noir », dixit  Jean  de  la  Fontaine  dans  sa  fable « les  animaux  malades  de  la  peste ».

Demain  n’est  pas  loin. Il  nous  situera  davantage  sur  l’évolution  des  choses  en  terme  de  préservation  des  intérêts  français telle  que  goupillée, dans  cette  affaire, par  MACRON  et  son  cheval  de  Troie  Alassane Dramane  OUATTARA.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici